Les bienfaits de la réflexologie sur le sommeil

Saviez-vous que la réflexologie peut avoir un effet bénéfique chez les personnes insomniaques? En effet, la réflexologie peut procurer une profonde détente et améliore en générale la qualité du sommeil, pour au moins quelques jours dépendamment de la cause des insomnies.

En réflexologie, les zones plantaires de l’encéphale sont travaillées pour améliorer la qualité du sommeil. Comme l’encéphale représente la «matérialisation» de nos pensées et de nos émotions, en manipulant sa zone réflexe nous participons à l’équilibre de notre esprit.

 Il est donc important de stimuler les 3 «étages» de l’encéphale avec précision.

D’autre part, les zones réflexes du système endocrinien peuvent également être stimulées, car certaines glandes sont très sensibles à notre affect (notamment la thyroïde). L’équilibre émotionnel et affectif semble donc jouer un rôle important dans la qualité du sommeil. 

En cas de stress ou de pressions affectant le sommeil, la zone des surrénales peut s’avérer particulièrement douloureuse et les zones plantaires du système digestif (notamment celles des intestins) peuvent être vérifiées, afin d’éliminer l’éventualité de troubles intestinaux. Ces zones réflexes agissent sur le sommeil et certaines zones planétaires seront plus concernées que d’autres. Le soin de réflexologie consiste à insister sur les zones douloureuses ou celles qui ont des tissus perturbés pour les aider.

N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez savoir comment la réflexologie peut vous aider!

LES SOINS CHIROPRATIQUES

Découvrez ce qu’un chiropraticien peut faire pour vous aider.

La douleur chronique

Près de 56% de la population vivent avec une douleur sur une base régulière. Dans certains cas, on peut parler de douleur chronique. La douleur chronique se définit comme une douleur qui persiste au-delà du temps de guérison normale des tissus, qui est habituellement entre trois à six mois. Mais qu’est-ce qui est responsable de cette douleur si les tissus préalablement lésés ne le sont plus?

Pour répondre à cette question, il faut d’abord comprendre comment fonctionne la douleur. Pour ce faire, utilisons un système d’alarme pour faire une analogie :

Le système de la douleur est comme un système d’alarme. L’alarme peut être trop sensible ou bien déréglée. Ainsi, elle se déclenchera sans raison valable.

Plusieurs facteurs peuvent affecter le système de la douleur : le stress, l’anxiété, le sommeil et le fait d’avoir une douleur depuis un certain temps en sont quelques-uns. Ceux-ci peuvent venir sensibiliser le système nerveux en ajoutant, par exemple, des récepteurs nociceptifs (récepteurs de la douleur). Nous devenons, en quelque sorte, « meilleur » pour ressentir de la douleur, ce qui n’est pas nécessairement souhaitable à long terme. Par le fait même, la douleur chronique peut amener les gens à éviter l’activité physique, voir même jusqu’à s’isoler socialement.

Voici un site qui explique un peu plus en détail le fonctionnement de la douleur à l’aide de diaporamas imagés : https://www.retrainpain.org/francais

Que doit-on faire si on expérimente de la douleur chronique?

La douleur chronique est certainement incommodante, mais rassurez-vous, il est possible de poser des actions qui peuvent aider. Premièrement, il est toujours préférable de consulter un professionnel de la santé qualifié qui peut valider la présence de douleur chronique. Ensuite, comme la douleur chronique est, en quelque sorte, une sensibilisation du système nerveux, il convient de « désensibiliser » ce dernier. Pour ce faire, l’habituation via l’activité physique est un bon moyen d’entrainer son corps à bouger sans activer le système de la douleur. Les exercices doivent être faits dans un bon dosage pour permettre la désensibilisation désirée. Ainsi, lorsqu’on entraine notre corps en créant d’autres sensations, on vient diminuer l’excitabilité du système de la douleur. Par le fait même, on devient « meilleur » pour ressentir ces autres sensations et moins bon pour ressentir la douleur. En plus, l’activité physique permet la libération d’endorphine, qui constitue une « morphine naturelle ».

Finalement, il faut retenir que la douleur chronique est une condition pour laquelle il est possible d’intervenir afin d’améliorer la qualité de vie. N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé pour vous aider.


Activité physique et cancer

Selon les statiques de 2019, le cancer est la principale cause de décès au Canada, 1 Canadien sur 2 développe un cancer au cours de sa vie et 1 canadien sur 4 décède du cancer chaque année.

La population est souvent informée de la prévalence du cancer, de ses causes et des traitements, mais plus subtilement sur la prévention du cancer et les moyens pour contrer les effets nocifs des traitements.

En 2010, l’American College of Sport Medicine confirmait que l’activité physique avait un impact positif avant, pendant et après les traitements du cancer. En 2019, de nouvelles recommandations plus spécifiques sur la prescription d’exercices ont été publiées. 

Les recherches ont démontré que l’activité physique pour la clientèle oncologique avait des bénéfices significatifs sur les symptômes suivant : 

Il est important pour les personnes atteintes d’un cancer d’être encadré par un professionnel de la santé qui connaît les recommandations en matière d’activité physique selon le type de cancer, le stade ainsi que les phases de traitements. De plus, il est important pour le kinésiologue de collaborer avec l’équipe médicale afin que la prise en charge soit optimale et spécifique au client. 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à communiquer avec nous !
Sources : 

Gouvernement du Canada. 2019. Statistiques canadiennes sur la cancer.

 https://www.cancer.ca/~/media/cancer.ca/CW/cancer%20information/cancer%20101/Canadian%20cancer%20statistics/Canadian-Cancer-Statistics-2019-FR.pdf?la=fr-CA

Acupuncture et Grossesse
8 Faits à connaître!

1 : L’Acupuncture assiste le déroulement de la grossesse et prend en charge les petits maux quotidiens des femmes enceintes! 

2 : La stimulation de ce point (Rein 9) conduit à une relaxation de l’utérus et l’arrêt des contractions, prévient les fausses couches et améliore la circulation du sang dans le placenta.


3 : L’acupuncture permet d’éviter et de soigner efficacement les nausées et les vomissements durant les trois premiers mois de la grossesse.

4 : Aussi, tout au long de la grossesse l’acupuncture  aide à prévenir les infections urinaires, soulage efficacement les douleurs dans le bas du dos et le petit bassin.

5 : L’acupuncture est aussi utilisée pour aider le bébé à tourner dans la bonne position lorsqu’il se trouve en siège. Cette technique peut être effectuée à partir de la 32e semaine jusqu’à la 35e! 

6 : Pendant la seconde partie de la grossesse, l’Acupuncture aide à préparer l’accouchement, stabilise la tension artérielle, réduit les œdèmes et améliore le fonctionnement des reins. 

7 : L’Acupuncture est un bon outil pour la préparation à l’accouchement qui débute à la 37e semaine. Il est possible d’aider à déclencher le travail!

8 : Après l’accouchement, l’acupuncture aide à établir une bonne lactation, accélère le rétablissement physique et prévient la dépression post-partum.

Prenez rendez-vous avec notre Acupunctrice, Roxanne!

L’activité physique pendant la grossesse

De façon générale, les femmes enceintes ont tendance à diminuer leur niveau d’activité physique, voire même, arrêter complètement l’exercice par peur d’altérer le développement normal du fœtus. Allant à l’encontre des recommandations actuelles concernant l’activité physique lors de la grossesse, ce comportement est principalement dû à un manque de connaissances et/ou de motivation.

En effet, il a été démontré que l’activité physique chez les femmes enceintes s’avérait être positive, à plusieurs niveaux, pour le fœtus et pour la mère. Voici les raisons de pratiquer l’activité physique pendant la grossesse, les recommandations ainsi que les précautions à prendre. Que vous soyez déjà actives ou non, c’est une bonne période de votre vie pour bouger et prendre soin de vous ! 

Bénéfices liés l’activité physique

– Prévient la dépression et améliore l’humeur, l’image de soi et le bien-être global aide à la détente et à réduction du stress.

– Diminution de l’incidence de 25-33 % de l’hypertensionActivité physique diminue l’incidence du diabète gestationnel (25-70 %) chez les femmes à haut risque, risque très faible voire inexistant chez la femme active régulièrement avant et pendant la grossesse.

– Amélioration du retour veineuxDiminue la constipationAide au contrôle du gain de poids selon les normes excluant le gain de poids relié au placenta et au fœtus au cours de la grossesse et perte de poids plus rapide post-partum.

– Favorise le sommeilFacilite l’accouchement, diminue les interventions et les risques de césarienne.

– Prévient la perte de masse musculaire.

– Diminue les risques de pré-éclampsie.

– Diminue l’apparition de varices et de risque de thrombose.

– Diminue les problèmes/inconforts physiques.

– Améliore la qualité de vie pendant et après la grossesse.

– Diminue les risques de douleurs au bassin, d’incontinence urinaire et de douleurs au bas du dos.

Endurance cardiovasculaire

Recommandations FITT — Endurance cardiovasculaire
Fréquence3 à 5 fois par semaine
IntensitéModéré : respecter les fréquences cardiaques cibles selon la condition et l’âge OU 60 à 80 % du Vo2max.
Borg : 13 à 14 sur l’échelle de 6 à 20 (maximum de 16)
Temps30 minutes minimum
TypeÉviter les impacts et les sauts. Prioriser les exercices comme la natation, le vélo, la marche rapide, le ski de fond et l’aquaforme.

Entraînement contre-résistance

Recommandations FITT — Entraînement contre-résistance
Fréquence2 à 3 fois par semaine
Intensité1 à 3 séries
10 à 15 répétitions
4 à 12 exercices
Borg : 13 sur l’échelle de 6 à 20
Temps30 à 60 minutes total (incluant échauffement et retour au calme)
TypeExercices impliquant chaque grand groupe musculaire.

Précautions

– Respirer adéquatement pendant les exercices en évitant de retenir son souffle (technique de Valsalva).

– Éviter les étirements ballistiques, soit des mouvements rapides et non contrôlés qui peuvent engendrés des blessures.

– Éviter de s’étirer dans des amplitudes extrêmes afin de protéger les articulations et les ligaments.

– Éviter les redressements assis.

– Éviter de lever des poids de plus de 20 kg.

– Éviter les exercices couchés sur le dos après le 4e mois.

– Éviter les torsion, flexion et extension répétées.

– Éviter les environnements chauds et humidesRester hydratée.

– Éviter les environnements chauds et humides.

– Inclure un échauffement et un retour au calme.

– Éviter les activités qui augmentent les risques de perdre l’équilibre ou de causer un traumatisme au fœtus. Prioriser plutôt la marche rapide, le vélo stationnaire, le ski de fond, la natation et l’aquaforme.

– Éviter les exercices qui peuvent engendrer des traumatismes aux articulations et aux ligaments ou qui comportent des sauts affectant le centre de gravité comme la course ou le jogging.

Vous avez probablement déjà écouté les Olympiques et aperçu des athlètes arborant des tapings? Mais à quoi donc servent-il?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe plusieurs types de tape. Chacun de ceux-ci présente des caractéristiques propres et le choix dépend des objectifs visés par le taping.

Les buts d’appliquer un taping peuvent être les suivants :

✓ Stabiliser une articulation dans une ou plusieurs directions

✓ Offrir un support ou une correction posturale

✓ Stimuler ou inhiber l’activité musculaire

Les différents types de taping:

Le taping athlétique est probablement le plus connu. De couleur blanche, ce tape est plutôt rigide. . Il servira à limiter des mouvements précis afin de protéger les tissus musculo-squelettiques désirés. Cependant, il est non-imperméable et offre une durabilité moyenne. Il sera donc utilisé pour une période de temps plus courte.

Taping athlétique blanc

Le leukotape P consiste en une alternative au taping athlétique. Il est plus rigide et offre donc un meilleur support. Il est aussi utilisé pour supporter ou stabiliser une articulation. Ce type de tape est un peu plus durable que le tape athlétique et est légèrement imperméable. De ce fait, on peut le porter pour une période allant de 1 à 3 jours.

Leukotape P

Le kinésiotape est sans doute celui que nous voyons le plus souvent dans les dernières années. Ce dernier est élastique, présente des ondulations sur sa surface collante et est imperméable. Les applications du K-tape sont, la plupart du temps, différentes des tapes précédents. En effet, en ajustant la tension dans le taping, il peut être utilisé pour :

– Activer ou inhiber l’activation musculaire

– Réduire la douleur

– Augmenter le drainage lymphatique pour diminuer l’œdème

Bien que plusieurs vertus lui soient conférés, davantage de recherches scientifiques est nécessaire afin de prouver certains de ces effets.

Kinésiotape

En conclusion, le taping consiste en une modalité thérapeutique utilisée par les professionnels de la santé. Ces derniers peuvent aisément déterminer si un taping est nécessaire pour votre condition. Notez bien que le tape demeure plus souvent un adjuvant au traitement. D’autres modalités comme la prescription d’exercices et la thérapie manuelle sont généralement essentielles.

Performance Santé en télétravail

La pandémie du COVID-19 a certainement apporté beaucoup de changements à notre quotidien. Pour une grande partie d’entre nous, un changement significatif consiste à travailler de la maison. Cette chronique vise à vous partager quelques conseils afin d’optimiser votre performance et votre santé dans la réalisation de vos activités professionnelles au sein de votre domicile.

D’abord, saviez-vous que demeurer en position assise pour une durée supérieure à 8h/jour, sans activité physique supplémentaire, implique les mêmes méfaits en termes d’augmentation du risque de mortalité (58%) que le tabagisme et l’obésité? (Ekelund & al., 2016) En fait, les principaux aspects d’un travail en position assise qui sont responsables des effets néfastes sont 1) la mauvaise posture et 2) la durée prolongée. Ainsi, les recommandations transmises visent à vous outiller pour l’ajustement de votre poste de travail et l’intégration de micro-pauses ainsi que de pauses actives.

AJUSTEMENT DU POSTE DE TRAVAIL

Alignement corporel : Favoriser un angle de 90° aux hanches et aux genoux. Si l’ajustement de la chaise n’est pas possible, ajouter un coussin à l’assise ou un tabouret sous les pieds. Si vous n’avez pas d’appuis-bras, déposez vos avant-bras sur la surface de travail en favorisant le relâchement des épaules.

Support lombaire : Si votre chaise n’offre pas de support lombaire, rouler une serviette ou placer un coussin au niveau du dos.

Aménagement de l’ordinateur : Favoriser l’utilisation d’un écran, d’un clavier et d’une souris distincte (clavier et souris externe à un ordinateur portable). Positionner l’écran afin que le haut de celle-ci soit au même niveau que vos yeux (surélever sur des objets au besoin). Abaisser les petites pattes du clavier afin qu’il soit à plat sur la surface.

Téléphone : Utilisez l’option main libre ou un casque d’écoute si vous devez écrire en même temps.

Éliminer les reflets : Éviter de placer l’écran sous un luminaire, se placer perpendiculaire à la fenêtre, favoriser un contraste élevé entre le fond d’écran et l’écriture.

INTÉGRATION DE MICRO-PAUSES 

Le fait d’être assis à l’ordinateur pendant de longues périodes provoque souvent des raideurs au niveau du cou et des épaules et peut causer de la douleur dans le bas du dos. On recommande de faire les étirements toutes les heures au cours de la journée ou lorsque vous vous sentez ankylosé. 

ÉTIREMENTS AU POSTE DE TRAVAIL

Dans la mesure du possible, afin d’activer le cœur, les poumons et les muscles, intégrer des pauses actives, telles que marcher à l’intérieur de la pièce en parlant au téléphone, aller vous chercher un verre d’eau, utiliser une alarme pour vous rappeler de bouger toutes les heures, alterner les positions de travail (debout et assis).

BIEN QUE LES PÉRIODES D’INACTIVITÉ SOIENT INÉVITABLES, IL EST IMPORTANT D’ÊTRE PHYSIQUEMENT ACTIF

En fait, selon les conclusions d’une méta-analyse qui provient de données récoltées auprès de plus de 1 million d’hommes et femmes, il a été démontré que les personnes qui sont actives de 60 à 75 min / jour (activité physique d’intensité modérée, par exemple la marche rapide) ne semblent pas présenter de risque accru de mortalité, et ce même si elles restent assises plus de 8 h par jour. Ainsi, mise à part l’intégration de micropauses, il est également important de sortir pour marcher, jogger, faire de la bicyclette ou tout autre loisir actif pouavnt être pratiqué de façon individuelle!

Bonne quarantaine !

Émilie Vachon, Ergothérapeute

Les bienfaits de la marche

Plusieurs personnes sont à la recherche du meilleur programme d’entraînement pour être en santé et contrôler son poids. La marche est une activité simple et efficace pour rester en forme et bouger au quotidien. Nous savons que l’inactivité physique et les comportements sédentaires ont des impacts négatifs sur la santé. En effet, selon une étude publiée en 2016, il faudrait 60 minutes d’activité physique modérée pour contrer l’augmentation de risques de mortalité associés à 8 heures en position assise.

Voici pourquoi la marche serait l’activité idéale à inclure dans sa routine :

– Augmenter son espérance de vie : une étude publiée en 2011 a démontré que la mortalité totale des personnes qui ont fait une activité légère, tel que marcher 15 minutes par jour, avait diminué de 14 % et l’espérance de vie avait augmenté de 3 ans.

– Améliorer sa santé cardiovasculaire : la marche, associée à une bonne hygiène de vie, entraîne une diminution du mauvais cholestérol (LDL-c) et une augmentation du bon cholestérol (HDL-c). Elle améliore également le retour veineux par le mouvement des jambes et des pieds. En variant l’intensité, soit la cadence de marche ou le dénivelé, il est possible d’améliorer le VO2max, soit la capacité de notre corps à utiliser l’oxygène, un indicateur important de l’état de santé d’un individu.

– Améliorer sa qualité du sommeil : une activité physique d’au moins une heure, peu importe l’intensité, aurait des effets positifs sur le rythme circadien et augmenterait la durée et la qualité du sommeil.

– Améliorer sa digestion : la marche aurait également un effet sur la digestion par le brassage des organes et la stimulation du péristaltisme.

– Aider à contrôler son poids : une marche rapide d’au moins 30 minutes permet au corps d’utiliser les lipides comme source d’énergie tout en ayant moins d’impacts au niveau articulaire que la course.

– Prévenir les maladies chroniques : associé à de saines habitudes de vie, une marche quotidienne permet de prévenir les risques de développer le diabète, l’arthrite, l’ostéoporose et l’hypertension.

– Gérer son stress : comme la plupart des activités de type aérobie, la marche augmente la sécrétion de sérotonine et de dopamine, des neurotransmetteurs qui favorisent le bien-être, la détente et la bonne humeur. Elle favorise également la diminution du cortisol, l’hormone du stress. De plus, des études ont prouvé que la marche en nature permet de réduire l’anxiété.

Voici les plus récentes recommandations de l’American College of Sport Medecin :

Saviez-vous que la plupart des téléphones intelligents sont dotés d’un podomètre ? Bien que ce ne soit pas l’appareil le plus fiable, cet outil simple à utiliser peut vous aider dans le suivi de vos objectifs de pas quotidien !

Sur ce, bonne marche!

Frédérique Chebl, Kinésiologue

Bacquaert, P. (2019, novembre 29). Quels exercices pour lutter contre le cholestérol ? Consulté à l’adresse https://www.irbms.com/exercice-pour-lutter-contre-cholesterol/ 

Ekelund, U., Steene-Johannessen, J., Brown, W. J., Fagerland, M. W., Owen, N., Powell, K. E., … Lee, I.-M. (2016). Does physical activity attenuate, or even eliminate, the detrimental association of sitting time with mortality? A harmonised meta-analysis of data from more than 1 million men and women. The Lancet, 388(10051), 13021310. https://doi.org/10.1016/s0140-6736(16)30370-1 

Inserm (dir.). Activité physique : contextes et effets sur la santé. Rapport. Paris : Les éditions Inserm, 2008, XII – 811 p. – (Expertise collective). – http://hdl.handle.net/10608/97 

La marche sportive, le meilleur régime. (2018, octobre 24). Consulté à l’adresse https://www.newfeel.fr/conseils/marche-sportive-meilleur-des-regimes-tp_26008.html 

Lawton, E., Brymer, E., Clough, P., & Denovan, A. (2017). The Relationship between the Physical Activity Environment, Nature Relatedness, Anxiety, and the Psychological Well-being Benefits of Regular Exercisers. Frontiers in Psychology, 8https://doi.org/10.3389/fpsyg.2017.01058 

Se mettre en forme avec la marche. (2018). Montreal, Canada : Les Éditions de l’homme. 

Wen, C. P., Wai, J. P. M., Tsai, M. K., Yang, Y. C., Cheng, T. Y. D., Lee, M.-C., … Wu, X. (2011). Minimum amount of physical activity for reduced mortality and extended life expectancy: a prospective cohort study. The Lancet, 378(9798), 12441253. https://doi.org/10.1016/s0140-6736(11)60749-6 

L’Acupuncture influence le niveau d’Énergie !

La plupart des gens vont décrire leur fatigue comme un manque d’énergie physique, mental ou bien la sensation que leur batterie est à plat. En Acupuncture, la fatigue est définie comme un vide, une insuffisance ou une carence des substances qui soutiennent l’organisme (sang et liquides organiques…).

Cette insuffisance peut être provoquée par :

Si l’on considère le système énergétique de notre corps comme un réseau routier, le vide est un manque de véhicules qui empêche la distribution des matières nutritives à l’ensemble du corps et qui engendre partout des insuffisances. Les substances nutritives ne pouvant donc pas parvenir adéquatement à tous les organes et tissus du corps ralentit le système et provoque la «fatigue». L’objectif de traitement sera donc de tonifier les organes plus faibles pour recharger la batterie!

Roxanne Massicotte, Acupunctrice

PRENEZ RENDEZ-VOUS

EN LIGNE 819 847-3455